Profil de l’adolescent en difficulté scolaire

Lacunes

  • % important de pré requis non acquis
  • souvent dans différentes disciplines

 

Désintérêt

Démotivation

  • Rythme lent
  • Manque de souffle et de concentration
  • Oubli du travail
  • Désorganisé

 

Problème de

lecture-écriture

  • mauvaise lecture des consignes
  • compréhension superficielle des textes
  • expression orale et écrite peu soignées : ni claire ni structurée

 

Déficience de l’engagement

cognitif

  • tendance à réciter mécaniquement plutôt que réfléchir
  • problème de transfert
  • problème de synthèse
  • mémoire à court terme

 

Il ne s’agit donc pas

d’un problème de lacunes déterminées

mais d’une attitude

face à l’école.

 

 

Viser principalement à              =             stratégie inopérante,

à traiter les lacunes                                   vouée à l’échec.

 

 

ATTITUDE DU PROF

?CHANGEMENT DE ROLE

 

  • CONFERENCIER
  • EVALUATEUR
  • JUGE
  • CONTROLEUR

 

 

 

 

 

  • ACCOMPAGNATEUR
  • FACILITATEUR

?ACCOMPAGNATEUR :

  • Part du principe d’éducabilité.
  • Intervient dans une perspective de réussite éducative.
  • Assure les conditions favorables à l’apprentissage.

?FACILITATEUR :

  • Médiateur entre l’élève et le savoir
  • Facilitateur de la découverte-compréhension, de la reformulation – conceptualisation, de l’acquisition et du transfert
  • Garant de l’ambiance de coopération dans le groupe, d’entraide, d’acceptation mutuelle, de chaleur humaine

? PRINCIPES D’ACTION :

« On ne peut faire le bonheur de quelqu’un malgré lui. »

« Chacun apprend par ses propres efforts. »

  • Ne rien imposer mais proposer.
  • Faire prendre conscience.
  • Aider à s’engager. Donner envie.
  • Aider à prendre des décisions.
  • Accompagner jusqu’au succès.

LA METACOGNITION

Enfant doué

Enfant en difficulté scol.

  • planification
  • anticipation
  • autoquestionnement
  • ont des stratégies devant l’échec
  • Impulsivité et lenteur
  • Abandon rapide devant la tâche
  • Absence d’anticipation
  • Inefficacité et dépendance
  • Absence d’autoquestionnement et d’autorégulation

 

Rôle de la métacognition :

  • autorégulation
  • efficacité
  • transfert des connaissances et des compétences
  • autonomie
  • motivation

La métacognition s’apprend :

Des entraînements sont possibles :

  • à gérer consciemment les tâches
  • à développer un contrôle interne
  • à utiliser des stratégies devant l’échec                             

Mais la médiation entre le tuteur et l’élève est déterminante.

  • par l’échange autour des démarches, surtout à partir des erreurs : prise de conscience
  • par l’invitation à l’autoquestionnement et à la reformulation
  • en évitant de porter un jugement de valeur et de sanctionner
  • par intériorisation progressive des compétences et façons de faire du tuteur : l’élève devient son propre tuteur.

Rôle du tuteur :

  • protéger son élève de la conduite impulsive
  • l’encourager à se représenter la tâche à accomplir
  • se rappeler les prérequis
  • se rappeler les conditions de réussir la tâche
  • faire verbaliser les procédures
  • inviter à l’autoévaluation
  • encourager à essayer et à prendre des risques calculés

Le groupe classe peut jouer le rôle de médiateur (échanges métacognitifs)
 

OPTIONS

REGLES D’ACTION

I-EDUCABILITE :

-Le comportement scolaire dépend d’un ensemble structuré de « rapports à »

-L’engagement cognitif et la persévérance qui déterminent la performance dépendent des perceptions relatives à

      . la valeur de l’activité

      . la compétence qu’on se reconnaît

      . la contrôlabilité de l’activité

  1. Favoriser la coopération et les relations d’aide entre les élèves.
  2. Rattacher les savoirs théoriques à la réalité et à leurs besoins à venir.
  3. Placer tout l’apprentissage (disciplinaire et méthodologique) dans une logique de succès socio-professionnel et humain actuel et futur.
  4. Montrer qu’apprendre suppose naturellement essais et erreurs.

II-PERSPECTIVE DE REUSSITE EDUCATIVE

1.Adopter une attitude encourageante qui montre clairement que

- le prof est là pour aider non pour juger

- l’échec n’est qu’un décalage temporel

- les difficultés proviennent de techniques non maîtrisées mais maîtrisables.

2.Tenir compte des capacités de l’élève pour

- fixer les attentes

- concevoir la programmation

- déterminer le rythme de travail

- organiser l’évaluation.

1. La démonstration théorique n’est qu’une étape du cours et la compréhension n’est que l’aboutissement de multiples entraînements et de multiples tentatives de formulation théorique.

2. Ne jamais leur parler de lacunes (Tout le monde en a) mais de besoins qui varient d’un élève à l’autre.

3. Eviter toute comparaison avec d’autres groupes.

4. Eviter tout diagnostique mais précéder l’approche de chaque nouvelle notion par un prétest portant sur les pré-requis.

5. Multiplier les évaluations formatives.

6. Progression : commencer par les notions les plus faciles.

 

III-APPRENDRE

1.Construction personnelle et co-construction de sens et verbalisation du savoir

2.Explication, transfert, réutilisation

3.Acquisition de compétences disciplinaires et transversales

4.Travail métacognitif

 

1. Adopter des démarches sctives (v au moins pour les notions fondamentales)

2. Encourager la verbalisation : formuler idée et commenter les exercices et les produits : usage réflexif du langage, ne pas se contenter des applications procédurales, « Faire moins et parler plus».

3. Instituer les ex. de transfert et de production.

4. instituer l’apprentissage coopératif : grouype d’acceptabilité.

5. Multiplier les activité métacognitives : explorations, commentaires, dégager des règles, des principes.

 

30% des surdoués

du monde sont en situation

d’échec scolaire.

L’échec ou la difficulté scolaire

N’est pas nécessairement lié au manque d’intelligence.

Ni au manque de volonté (la paresse !)

 

On ne mobilise tout son potentiel pour apprendre

 

que

lorsque l’apprentissage a du sens à nos yeux

 

Ce rapport positif

à l’apprentissage

 

rapport à                                                                              rapport au

la famille                                                                          groupe classe

 

          rapport à                                                            rapport aux

             soi                                                                         profs

 

                 rapport à                               rapport à

                   l’avenir                                    l’école

 

                       rapport

                          au savoir

 

 

L’AIDER A REALISER QUE

  • L’échec n’est pas irréversible, qu’il peut encore réussir s’il le souhaite.
  • Son échec n’est qu’un décalage temporel.
  • Ses difficultés proviennent de lacunes accumulées qu’il peut ratrapper :
    • techniques non maîtrisées
    • savoirs non appris

L’AIDER A REPRENDRE CONFIANCE EN LUI-MEME

  • en lui proposant des tâches progressives qu’il sera capable de réussir
  • en le poussant à s’engager (pédag. du contrat)
  • en l’accompagnant dans ses efforts
  • en valorisant ses efforts mêmes minimes